Remise en cause des grandes cultures et fragilisation de l’agriculture du Marais.

Certains déplorent la disparition de prairies au profit des cultures entre la fin des années 50 et le début des années 90. C’est ignorer que le Marais Poitevin a connu une longue période d’exode rural et d’abandon des culture. Ainsi, dans le canton de Chaillé les marais, en 1840 les labours couvraient 7 856 ha et les prairies
6 954 ha, en 1925 leur surface respective était devenue 1 197 ha et 10 389 ha ! Aussi, les années 1960-70 ne peuvent pas être raisonnablement considérées comme état de référence puisque antérieurement, au 19ème siècle, les surfaces cultivées étaient bien plus importantes.

Néanmoins, après dépôt d’une plainte, la France a été condamnée par la Cour de Justice Européenne le 25 novembre 1999 pour insuffisance de protection dans le Marais Poitevin au regard de la Directive "Oiseaux", mettant en avant la disparition des prairies naturelles sur la base de données partielles qui annonçaient la disparition de 28 700 ha de prairie naturelles depuis 1973 et un reliquat de 26 750 ha de prairies naturelles dans le Marais Poitevin.

Les services de l’Etat viennent enfin de reconnaître 37 243 ha de surfaces en herbe (sur la base des déclarations PAC-politique agricole commune) sans compter les espaces boisés et les friches qui représentent plus de 6 000 ha sur 68 000 ha de ZPS –zone de protection spéciale de la Directive Européenne « Oiseaux » (source Docob –document d’objectifs Natura 2000). Les surfaces en cultures sont quant à elles de 47 727 ha (toujours sur la base des déclarations PAC), ce qui est équilibré

    Céréales et oléoprotéagineux hors maïs
  Surface en herbe
  Autres surfaces agricoles
 
Contour de la zone d'étude marais poitevin
 
Terres autres

Télécharger la carte en fichier PDF

Les cultures font historiquement partie intégrante du marais puisque au XVième siècle, les fermiers avaient obligation(1) de cultiver au moins 60% des terres. Les cultures sont indispensables à l’équilibre économique de l’agriculture du Marais Poitevin. Sur un plan technique les grandes cultures sont des compléments indispensables aux systèmes prairiaux et aux activités d’élevage (paille pour la litière, surfaces d’épandage.). Sur le plan économique et financier, elles sont nécessaires à la rentabilité et à l’équilibre financier des exploitations. Sur une exploitation où les surfaces cultivées représentent 50% de la superficie totale, ces surfaces cultivées dégagent plus des 2/3 de l’EBE (excédent brut d’exploitation). Aussi, sur l’ensemble du territoire du Marais Poitevin, la presque totalité des exploitations comportent un pourcentage élevé de surfaces en cultures.

Certaines terres du marais sont d’excellentes terres agricoles, sans doute les meilleures de notre pays, avec des rendements remarquables et des productions d’une qualité exceptionnelle, reconnue dans le monde entier comme celle du blé dur. Le maraîchage, avec notamment le melon, donne des produits d’excellente qualité et fournit des emplois importants au niveau local Ces terres n’ont pas besoin pour leur culture d’apport d’engrais de fond. La reconversion de ces terres serait une absurdité sur tous les plans.

(1) Obligations inscrites dans les baillettes, comme la baillette des marais de Taugon et de la Ronde de 1697

 

 
COSYMDAH
Coordination des Syndicats de Marais de la Baie de l'Aiguillon pour le Maintien Durable des Activités Humaines
Maison Commune du Petit Poitou - 85450 CHAILLE LES MARAIS
- NOUS CONTACTER -
Réalisation : SEV / Ouest-communication.com © Création de site Internet