Le Marais Poitevin : un espace aménagé et géré

le territoire du Marais Poitevin se situe sur un ancien golfe marin qui s’est progressivement comblé d’alluvions et dont la Baie de l’Aiguillon constitue le reliquat. Par conséquent, le Marais Poitevin est un territoire pratiquement plat, dont l’altitude ne dépasse pas trois mètres. Il est ainsi soumis aux risques de submersions marines et aux crues des rivières, qui collectent les eaux d’un bassin versant six fois plus grand, et qui débouchent dans ce territoire. Depuis plus de mille ans, les hommes ont déployé des efforts considérables et une ingéniosité étonnante, pour gérer l’eau, protéger les espaces contre les inondations dévastatrices, limiter la propagation des moustiques et des maladies, et ainsi pouvoir vivre et habiter sur ce territoire.

le Marais Poitevin est un territoire de 100 000 hectares d’une très grande diversité : diversité des paysages, diversité biologique, diversité hydraulique. Ainsi, la « Venise Verte », aux paysages si emblématiques, correspond au fond de vallée de la Sèvre Niortaise et représente 5% de la superficie du Marais Poitevin. Très différents sont, par exemple, les espaces aménagés progressivement en bordure de mer, naturellement dépourvus de végétation arborescente.

le fonctionnement hydraulique est la clé de voûte du Marais Poitevin. Le système hydraulique est complexe, avec ses dizaines de milliers de kilomètres de canaux, ses ouvrages de régulation et d’évacuation. Il doit régulièrement être adapté aux évolutions des bassins versants, de la Baie de l’Aiguillon et du Marais Poitevin lui-même. La gestion de l’eau, en fonction de la pluviométrie en amont et des marées à l’aval, suit des principes enseignés par l’expérience et est absolument essentielle pour éviter les inondations dévastatrices en hiver et les assecs en été.

le Marais Poitevin, tel que aménagé depuis des siècles, abrite une biodiversité jugée remarquable et reconnue par tous. Sur ces espaces, les interactions entre activités humaines et environnement ont favorisé le développement de la biodiversité. A l’inverse, l’abandon des terres et l’enfrichement, tels qu’on peut malheureusement les rencontrer dans des zones difficiles, entraînent une diminution de cette biodiversité et constituent des foyers propices au développement des espèces envahissantes.

l’entretien de cet espace remarquable est coûteux et exigeant. Seule une agriculture dynamique et rentable peut à la fois justifier un tel effort et assurer l’entretien d’un territoire aussi vaste. Le développement du tourisme et des subventions publiques à l’entretien, sont des solutions complémentaires qui restent marginales.

" Le marais est un milieu artificiel. Il ne peut se maintenir que si l’homme l’entretient.
Il n’existe pas « d’état nature » du marais." Pierre Roussel, chargé de mission interministérielle.

Dans le Marais Poitevin, de manière plus forte qu’ailleurs, gestion de l’eau, agriculture, économie et environnement sont totalement dépendants entre eux.


 
 
COSYMDAH
Coordination des Syndicats de Marais de la Baie de l'Aiguillon pour le Maintien Durable des Activités Humaines
Maison Commune du Petit Poitou - 85450 CHAILLE LES MARAIS
- NOUS CONTACTER -
Réalisation : SEV / Ouest-communication.com © Création de site Internet